Rapport final du 92ème cours PBF du 27 novembre au 9 décembre 2023 à Cotonou, Bénin

Le prochain 93ᵉ cours FBP sera organisé à Cotonou du 22 avril au 4 mai, 2024. Ici l’annonce cours 93 et la fiche d’inscription 93

Le dernier 92ᵉ cours FBP international s’est déroulé au Bénin Atlantic Beach Hôtel de Cotonou, avec 32 participants venant de trois pays. Ici le rapport final du cours.

Les 32 participants du Mali, Guinée-Bissau et Bénin

Les 16 participants du Mali étaient le plus grand groupe, dont neuf de l’ACV Koulikoro, trois Médecins Chef de District, trois prestataires et un de l’Université. Parmi les 10 participants de la Guinée-Bissau, il y avait deux de l’UGP de la Banque Mondiale et huit du ministère de la Santé. Le Bénin était représenté par cinq participants du cabinet comptable COFIMA et un venant de Médecins sans Vacances.

Trente-deux participants ont fait le post-test et le score moyen était de 71%, ce qui signifiait une progression moyenne de 25% par rapport au score moyen du pré-test (46%). Neuf participants ont obtenu un certificat de distinction avec un score de 90% ou plus au test final du cours. En plus, nous voulons féliciter Mme Armelle Carine GABA, qui a obtenu 100% pour le teste final.

Céremonie de clôture – les acrobats

Ce cours était très bien évalué par les participants avec des scores journaliers et finaux supérieurs par rapport aux cours francophone précédents. Cela est probablement lié au fait que plusieurs participants ont auto-financé leur séjour. L’hôtel Bénin Atlantic Beach était cette fois mieux préparée pour recevoir les participants par rapport au cours de février 2023.

Ce cours a également été historique dans la communauté FBP, car nous avons accueilli le 3000 participant depuis le premier cours en 2007. Il s’agissait de Jessica Vanessa da CUNHA, l’experte sociale de l’Unité de Coordination des Projets de la Banque Mondiale en Guinée-Bissau.Recommandations des participants et résumé des plans d’action des groupes

Le chef de village avec son équipe

Étant donné que :

  • Le Financement Basé sur la Performance (FBP) est une approche de réforme des systèmes, particulièrement en santé, et qu’il vise la qualité, l’efficacité et l’équité ;
  • Le besoin urgent pour les pays de converger vers l’approche FBP plus rentable et ;
  • Les ressources de nos pays sont très limitées et il est nécessaire d’en avoir une utilisation efficace.

Nous arrivons à l’analyse, aux propositions et aux recommandations suivantes

1. République du Mali

Mali a une superficie de 1.2 millions de km2 avec 20 millions d’habitants et un revenu annuel par habitant de seulement 770 USD. La couverture sanitaire et la qualité des soins sont faibles et des soins sont souvent administrés par un personnel non-qualifié.

Des dizaines d’années de mise en œuvre de plusieurs reformes n’ont pas amélioré de façon significative les indicateurs d’impact comme la mortalité brute, la mortalité maternelle et mortalité infanto juvénile.

Problèmes du système de santé au Mali

Il y a une insuffisance du personnel de santé et une inadéquation dans la répartition géographique des ressources humaines. La contribution du secteur privé à l’amélioration des résultats en matière de santé reste limitée par suite de la préférence du gouvernement d’aider le secteur public. La performance du système national d’approvisionnement public en produits pharmaceutiques est sous-optimale. Les dépenses nationales de santé publique (7 dollars par habitant) représentent moins de 1% du PIB. Les systèmes de prépaiement sont encore fragmentés et ne couvrent qu’environ 13% de la population. Le Mali ne compte en moyenne que six personnels qualifiés pour 10 000 habitants (la norme de l’OMS est de 23).

Cette situation est aggravée par la crise politico-sécuritaire avec une insécurité persistante rendant l’accent aux services de santé difficile dans certaines régions du pays (nord et centre surtout).

La réforme du financement basé sur la performance (FBP) au Mali

Pour faire face à ces problèmes suscités, le Mali s’est engagé dans la reforme FBP, qui a connu deux phases pilotes dans la région de Koulikoro. Le budget prévu pour la composante « Renforcement de la Prestation de Services de Santé (RPSS) 2000-2024 grâce au financement basé sur la performance » est de 66.4 millions USD (IDA 34 millions USD et 3 millions USD du GFF et 29.4 millions de dollars US des Pays-Bas).

Les succès enregistrés de la reforme FBP étaient l’amélioration de la qualité des services et une augmentation des principaux indicateurs d’offre de services. En plus, la motivation du personnel était améliorée et leur maintien aux postes rurales. Une nouvelle phase du FBP commencera en juin 2024 et le groupe Malien propose un plaidoyer intense auprès des autorités et ses partenaires de continuer avec le FBP comme stratégie de préférence. De leur point de vue, il n’existe pas un plan B.

Cela, car le FBP peut atteindre la Couverture Sanitaire Universelle, ou même les Objectifs de Développement Durable.

Temple des pythons avec un participant courageux

Plus spécifiquement, le groupe Malien propose au ministère de la Santé et du Développement Social et à la CTN

  • Étendre la mise en œuvre du FBP sur toute l’étendue du territoire national ;
  • Faire un plaidoyer pour la contribution financière de l’État à la mise en œuvre du FBP pour assurer sa pérennisation et sa durabilité. Cela auprès du ministre de la Santé et du Développement Social, du ministre de l’Économie et des Finances et à la Commission santé du Conseil National de la Transition (CNT).
  • Le plaidoyer vise notamment, i. Une contribution financière de l’État d’au moins 20% des dépenses totales du FBP ; ii. Faire un plaidoyer auprès du ministre de l’Économie et des finances pour la transformation du budget de l’État alloué (crédits délégués) aux formations sanitaires en ligne FBP et ; iii. Faire un plaidoyer auprès de la commission santé du Conseil National de la Transition (CNT) pour la mobilisation des ressources pour la mise en œuvre du FBP.
  • Promouvoir la concurrence entre les structures publiques et privées et donner plus d’opportunités au secteur privé d’obtenir des contrats.
  • Faire des contrats de performance avec les directions centrales du ministère de la Santé et du Développement Social.
  • Réduire le nombre d’indicateurs du paquet minimum d’activités de 51 à 40 conformément aux bonnes pratiques FBP.
  • Adapter aux normes le ratio vérificateur par formation sanitaire (FOSA) principale : 1 vérificateur médical pour 15 FOSA ; et 1 vérificateur communautaire pour 30 FOSA.
  • Prévoir le recrutement des vérificateurs d’infrastructure dans le nouveau projet FBP : 1 pour 500.000 habitants couverts par le FBP.
  • Réviser le manuel national du FBP afin que les recommandations ci-dessus puissent être mises en œuvre.
  • Faire un plaidoyer auprès de la CTN et le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique pour la formalisation d’un cadre opérationnel de Recherche action et de dissémination des résultats des études.
  • Faire le plaidoyer auprès des départements de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et de l’Éducation Nationale pour intégrer le FBP dans les curricula de formation des médecins et des paramédicaux ;
  • Faire un plaidoyer auprès des Direction Régionales de la Santé de Koulikoro et Ségou, l’ACV de Koulikoro et l’antenne ACV de Ségou pour mettre sous contrat FBP deux centres de santé des cités universitaires (Kabala et Ségou) ;

A la FENASCOM

  • La responsabilisation du Directeur Technique de Centre comme seul signataire du contrat FBP avec l’ACV ;
  • Rendre effective la séparation des fonctions au niveau des CSCom pour conférer l’autonomie de gestion au DTC.

2.     République de Guinée-Bissau

Le magicien pendant le céremonie de clôture

En 2022, la population du pays était estimée à 2.1 millions habitants, avec un taux de croissance annuel de 2,2%. En 2019, l’espérance de vie à la naissance était de 59,4 ans. En 2018, environ 35,7% de la population vit en milieu urbain et 64,3% en milieu rural. D’un point de vue administratif, le pays est divisé en huit régions. Les régions les plus occidentales sont les plus peuplées. La diversité religieuse est importante, notamment les religions animistes, musulmane et catholique. En terme ethniques, bien qu’il y ait entre 10 et 30 groupes ethniques, plus de 85% de la population appartient à l’un des cinq groupes ethniques. La langue officielle est le portugais, le créole étant la langue de communication orale la plus répandue dans le pays.

Analyse des problèmes

  • Mauvaise répartition des ressources humaines due à plusieurs causes comme notamment des mauvaises conditions de travail en zones rurales
  • Absence de définition claire des tâches et obligations des professionnels de santé et protocole de traitement pour les maladies
  • Faibles investissements dans les infrastructures de santé
  • Manque d’autonomie dans la gestion des formations sanitaires en ce qui concerne le transfert et le recrutement des ressources humaines

Recommandations

  • Plaidoyer auprès des représentants du gouvernement pour la préparation et la mise en œuvre d’un projet pilote FBP couvrant environ 1 million de personnes (= 50% de la population) avec un accent sur les zones rurales, mais également avec une plus faible proportion de population urbaine.
  • Le budget FBP par habitant doit être d’au moins 4 dollars par personne et par an.
  • Plaider auprès du gouvernement pour qu’il contribue au programme national FBP à hauteur d’au moins 20 % du budget FBP requis.
  • Analyser conjointement la proposition budgétaire avec le directeur financier du ministère de la Santé, dans le but de transformer certaines lignes budgétaires du ministère de la Santé en lignes budgétaires FBP.
  • Proposer au ministère une mission d’échange d’expériences avec les pays ayant déjà mis en œuvre le FBP, pour identifier les meilleures pratiques en matière de FBP et apprendre de leurs réussites et de leurs erreurs.
  • Durant la phase initiale de mise en œuvre du projet pilote, créer une Agence de Contractualisation et de Vérification (ACV en français). Cette agence devrait être engagée pour travailler au sein d’une agence d’assurance maladie déjà existante dans le pays. Ceci afin d’éviter de longues procédures contractuelles, mais aussi pour éviter les chevauchements institutionnels.
  • Nommer officiellement la Cellule Technique Nationale FBP (CTN) déjà existante.
  • Organiser un cours FBP en portugais et former particulièrement les membres de l’Unité nationale FBP.
  • Élaborer le manuel FBP Guinée-Bissau.
  • Mettre en œuvre les meilleures pratiques FBP.

3.   Benin

3.1  COFIMA Benin

Les particpants avec l’Amazone de Benin

COFIMA qui est un cabinet d’expertise comptable, qui opère dans divers domaines d’activités dont l’audit des projets de développement. A ce titre plusieurs missions ont été exécutées par COFIMA au titre notamment de contre vérificateur. Par ailleurs COFIMA a exécuté pour le compte de plusieurs bailleurs de fonds, des missions de vérification (ACV) pour les projets / programmes implémentés sous le format PBC (qui est semblable au modèle FBP).

Recommandations

  • Plaider pour le retour rapide de l’approche FBP au Benin ;
  • Implémenter, en lien avec les ONG santé / éducation, le FBP dans sa forme pure dans au moins un département au Bénin.
  • Faire une cartographie des pays où le FBP est mise en œuvre et financé par les partenaires techniques et financiers ou les Gouvernements.
  • Associer le cabinet d’audit COFIMA aux équipes d’ACV lors des missions de vérifications.

3.2.  Médecins sans Vacances – Benin

Médecins Sans Vacances (MSV) est une ONG Belge active dans 5 pays africains (Bénin, Burkina-Faso, Burundi, RDC, Rwanda). L’un des objectifs des MSV est le renforcement intégral des capacités des hôpitaux partenaires, afin qu’ils puissent délivrer des soins médicaux de meilleure qualité centrés sur le patient. Le MSV applique une approche de faire des plans stratégiques et chaque collaboration avec un partenaire débute par une analyse approfondie des besoins et des capacités locales. Cette analyse est ensuite traduite en un Trajet de Renforcement des Capacités (TRC) de 3 à 5 ans, qui est renouvelable. Au Bénin, Médecins Sans Vacances a une collaboration avec sept (07) hôpitaux partenaires.

Les problèmes principaux sont que la stratégie n’a pas changé beaucoup pendant les différentes phases des TRC. Il n’y a pas un lien entre l’allocation des ressources et la performance de l’hôpital partenaire.

Recommandations :

Faire comprendre aux hôpitaux qu’il ne s’agit plus d’obtenir des ressources fixes en termes de subventions / appuis de MSV mais que les ressources dépendront fortement de leur performance.

Plusieurs possibilités d’offre :

  • Mettre en place un mécanisme de Bonus d’Amélioration de la Qualité (BAQ) à partir de la 3e cycle de collaboration (un cycle dure 3 années). C’est à dire nous terminons un premier TRC de trois années, puis un second et à partir du troisième TRC nous ajouterons la composante FBP mécanisme BAQ.
  • Lier l’appui de Médecins Sans Vacances à la performance de l’hôpital partenaire. L’enveloppe annuelle de l’appui servira donc à l’allocation du subside chaque trimestre. On prend l’ensemble de l’appui MSV pour les Hôpitaux de Zone et en faire des subsides trimestriels selon l’évaluation quantité et qualité.
Print Friendly, PDF & Email