Le 80ème cours PBF à Cotonou avec des messages de 10 pays

MESSAGES PRINCIPAUX

Le cours FBP s’est déroulé à Cotonou du 17 au 29 juin 2019 avec 39 participants. Dix pays étaient représentés lors du 80ème cours du financement basé sur la performance (FBP) à Cotonou. Ici le rapport détaillé du cours course report.

  • Nous signalons qu’au Burundi, au Gabon, en Mauritanie, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, en

     Les 39 participants avec l’équipe de facilitation

    République démocratique du Congo et en République centrafricaine, le financement basé sur la performance progresse bien. 

  • Cependant, les retards de paiement des subventions au Cameroun, causés par des facteurs non liés au FBP, ont créé de graves problèmes.
  • Les retards prolongés dans le développement du FBP en Guinée Conakry et à Madagascar et les efforts pour relancer le FBP au Bénin n’ont pas encore abouti. Cependant, dans l’ensemble, lorsqu’on examine les résultats de ces 10 pays, le bilan est positif. Les leçons apprises deviennent disponibles à la fois à partir d’expériences positives mais également à partir d’erreurs commises.
  • Le cours FBP a permis d’échanger les expériences ci-dessus et tous les participants de 11 groupes au total ont élaboré d’excellents plans d’action susceptibles de faire progresser le FBP dans les 10 pays représentés.

LES MESSAGES CLES DES PAYS

  • Burundi : Le FBP est la politique nationale depuis 2009 et a bien fonctionné aussi dans des

    Concentration auprès des participants pendant le cours.

    circonstances socio-politiques difficiles. Les participants proposent de mettre à jour le manuel des procédures national FBP et notamment d’introduire le bonus d’amélioration de qualité pour accélérer les investissements de réhabilitation, d’équipements, des ressources humaines et des indicateurs d’équité. Ces changements nécessitera probablement une augmentation du budget FBP par personne et par an. Les participants proposent aussi que le gouvernement devrait permettre plus de la concurrence pour les formations sanitaires d’acheter des intrants auprès des distributeurs. Un dernier changement proposé est la création d’un statut juridique indépendant pour le Comité Provincial de Vérification et de Validation (CPPV) bien séparé de la Direction Provinciale de la Santé.

  • Le ministère de l’Éducation du Camerouna lancé le FBP en 2017 et souhaite de le mettre à échelle dans 3000 écoles au cours des prochaines années. Cependant, le score de faisabilité n’est que de 48% et il est nécessaire de revoir la montage du programme et le costing, y compris pour l’introduction des bonus d’amélioration de la qualité.
  • Éducation dans la République Centrafricaine : Le PFP dans le secteur de l’éducation en RCA est piloté avec des bons résultats depuis plusieurs années par l’ONG néerlandaise Cordaid. Les participants au cours proposent de renforcer le FBP en impliquant des partenaires techniques et financiers et en utilisant également le budget de l’État. Il y a une grande pénurie d’enseignants qualifiés en RCA, en particulier dans les zones rurales et il manque d’investissements dans les infrastructures, les équipements et le matériel scolaire. L’approche PBF consistant à élaborer des contrats avec des écoles publiques et privées autonomes. Les paiements pour des résultats directement aux écoles devraient combler ce déficit d’investissement et motiver les enseignants à dispenser un enseignement de qualité. Il est également nécessaire de revoir le montage du programme FBP et d’établir un costing détaillé du paquet d’enseignement primaire et de bien planifier les sources de financement du gouvernement ainsi que des partenaires.
  • Cameroun Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Douala : Mettre en place le PBF dans l’hôpital selon l’approche de HGOPY Yaoundé, lancer une phase pilote et former le personnel en PBF.
  • Cote d’Ivoire : Le participant propose que le gouvernement recrute une agence de contre-

    La pêche artisanal sur la plage de Cotonou

    vérification externe et indépendante. Cette agence devrait également collaborer avec les inspecteurs du ministère de la Santé pour réduire les coûts de la contre-vérification et créer des synergies avec les structures déjà existantes.

  • Gabon : La budgétisation par objectifs de programmes (BOP) est la politique nationale depuis quelques années mais ne disposait pas des instruments de mise en œuvre pour la rendre opérationnelle. L’approche PBF comble cette lacune. Les participants au cours proposent de piloter l’approche PBF dans 10 postes comptables du Trésor public avec une extension nationale possible en 2021. Cela nécessite également un budget pour financer les contrats de performance et de créer une agence de contractualisation et de vérification.
  • Guinée Conakry : Les partenaires techniques et financier ont mené un projet pilote dans la région de Mamou avec du succès et le gouvernement prévoit de lancer un programme pilote de FBR pour 2-4 millions d’habitants depuis quelques années. À cette fin, il a créé en 2019 la Cellule Technique National FBR qui propose de lancer le processus de contractualisation avec des agences de contractualisation et de vérification (ACV) régionales indépendantes sous l’égide des services régionaux de coordination des ONG et des coopératives (SERACCO). Cependant, le manuel FBR doit encore être finalisé dans lequel les structures de santé devraient être assurés d’une gestion autonome. Il est nécessaire d’augmenter le budget du FBR pour les zones pilotes à au moins 4,00 $ par personne et par an. Les prestataires du secteur privé, qui dominent en particulier dans les zones (semi) urbaines, devraient également faire l’objet des contrats de performance selon l’approche FBR.
  • Madagascar :Ce pays envisage un vaste projet pilote de FBP depuis quelques années, mais

      Participants in Ouidah – la porte de non-retour

    cela a été retardé. De plus, les participants au cours de Cotonou ont également détecté des problèmes du montage du programme FBP. La proposition principale consiste à augmenter le financement de 1 dollar par personne et par an dans le montage actuelle à environ 4 dollars. Les structures de santé devraient également être autorisés à acheter leurs intrants auprès de distributeurs autres que le seul centrale d’achat de médicaments. Le manuel PBF pourrait encore être révisé sur la base des manuels de la RDC et du Cameroun, ainsi que d’éléments du manuel de cours FBP.

  • Mauritanie :Le programme FBR dans ce pays a démarré dans deux régions pour une population de 620.000 habitants. Une troisième région va être ajoutée en 2019. Les résultats sont encourageants, mais il subsiste un certain nombre de problèmes conceptuels et pratiques. Les participants proposent que le gouvernement élabore une circulaire contenant les dérogations requises pour appliquer les meilleures pratiques et procédures du manuel FBR et établir des contrats avec les directions centrales et l’inspection générale de la santé.
  • République Démocratique de Congo : Le participant propose que Caritas Congo Asbl puisse jouer le rôle des agences fiduciaires ayant la capacité de faciliter les transactions financières dans les régions défavorisées comme aussi des institutions de microfinance.
  • Bénin :Mener une nouvelle étude de faisabilité avec des experts indépendants et des décideurs pour redémarrer le programme FBR articulé autour aussi des objectifs de la politique national de l’ARCH que inclut l’assurance maladie.

LE COURS FBP DE COTONOU

   Le poster en présentant le résumé des plans d’action des pays

Le cours FBP s’est déroulé à Cotonou du 17 au 29 juin 2019 avec 39 participants de dix pays: Mauritanie (12x), Burundi (9x), RCA (4x), Guinée Conakry (4x), Madagascar (2x), Cameroun (2x), Gabon (2x), Bénin (2x), RDC (1x) et Côte d’Ivoire (1x). Étaient présents les participants des secteurs de la Santé, de l’Éducation et du Trésor Public.

Trente-neuf participants ont fait le posttest et le score moyen était de 70% ce que signifiait une progression moyenne par rapport au pré-test de 23%. Deux (2) participants ont obtenu un certificat de participation et cinq (5) ont obtenu un certificat de distinction avec un score de 87% ou plus pour le test final du cours.

Pour les certificats de distinction, il s’agit de :

Avec 87%

Dr. Jean MarieNTIBAZOMUMPA, Médecin Santé Publique du SIS – MSPLS au Burundi

NicolasBEYEME-NGUEMA, Inspecteur de Finances, Trésor Publicau Gabon

Dr. Mathieu BIKOKO – EYALAMPUM, Médecin Santé Publique du Caritas RDC

Avec 90% :

Dr. Inna RAKYA, Gynécologue Obstétricienne HGOPED de Douala, Cameroun

Avec 93% :

Dr. ThaddéeNDINDURWAHA, Médecin Santé Publique CTN-PBF Ministère de Santé au Burundi

ÉVALUATION DU COURS

  Acheter des arachides

Les évaluations quotidiennes du cours par les participants étaient en moyenne de 77%, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne des 45 cours francophones précédents. Les évaluations par les participants le dernier jour étaient satisfaisantes pour la préparation et les impressions générales du cours avec un score favorable de 90%. L’organisation était évaluée comme bonne sauf pour la qualité de l’hôtel avec 46% et la nourriture avec 38%. L’esprit ouvert des facilitateurs a été évalué à 100%. La majorité des modules était évaluée d’une manière satisfaisante sauf l’économie et économie de santé (51%). L’impact du 80ème cours PBF s’est traduit par la bonne qualité des plans d’action mis en œuvre par les groupes de pays (voir la suite du présent rapport).

RECOMMANDATIONS CONCERNANT LA MÉTHODOLOGIE DU COURS

  • Développer des modules complets adaptés seulement pour le secteur d’éducation ;
  • Revoir comment dispenser le module d’économie et économie de santé pour une meilleure assimilation des participants ;
  • Score de faisabilité.Ajouter un critère sur la régularité de payement de subside pour les pays ayant déjà mis en œuvre le FBP ;
  • Les mesures disciplinaires du village à travers du Ministre de Finances, le Chef de Village et le Berger dans la formation ont été apprécié et ont contribué à la sincérité et la discipline des débats ;
  • La méthodologie de « question – réponse sous mode animation en PowerPoint » était une bonne innovation car cela permettrait les participants de se mieux concentrer sur le matériel dispensé au lieu de la méthode précédente de lire les PowerPoint, qui n’était pas assez participative.
Print Friendly, PDF & Email