FBP au Mauritanie, Togo, Djibouti, RCA et Guinée

Les 33 participants du 69ème cours PBF de Cotonou

Le 69ème cours PBF a eu lieu à Cotonou du 18 au 30 Janvier 2018 avec 33 participants provenant du Djibouti (12x), du Togo (11x), de Mauritanie (7x), de la RCA (2x) de la Guinée Conakry (1),

L’impact du cours PBF a été traduit dans une bonne qualité des plans d’action réalisés par les groupes de pays (voir la suite de ce rapport et le rapport du cours detaillé). L’équipe de facilitation pour le cours est expérimentée car ils viennent de plusieurs pays (RDC, Bénin, Burkina Faso, Pays Bas, Congo) et travaillent aussi dans plusieurs pays. En plus, les délégations de la RCA et de la Guinée Conakry sont venues avec beaucoup d’expériences pratiques avec le PBF dans leurs pays. Cela a aidé les autres participants à mieux comprendre les réalités et expériences du PBF dans le monde.

Cinq participants ont obtenu un certificat de distinction avec un score de 90% ou plus pour le test de fin de formation. Il s’agit de trois participants de Mauretnie, un de Togo et un de Guinée:

RÉSUMÉ DES RECOMMANDATIONS DE CHAQUE PAYS

TOGO

La plage de Ouidah

Le gouvernement pense que le FBP constitue une alternative pour assurer une bonne qualité de service de santé, l’utilisation efficiente des ressources, l’accès financier aux soins et l’équité pour les plus vulnérables. Le groupe togolais de Cotonou a fait une analyse du score de faisabilité pour l’introduction du PBF au Togo et cela montre un score de 92%. Ce score encourageant est réalisé avec un plan d’action du groupe qui propose un montage PBF le plus pure possible à travers des dérogations suivantes :

  • Le droit des gestionnaires des structures à recruter et à licencier (ou de mettre à la disposition de la fonction publique) leur personnel.
  • Autorisation des structures à déterminer leurs tarifs du recouvrement de coûts.
  • Ouverture à la concurrence du marché des médicaments et autres intrants médicaux.
  • Mise sous contrats de performance avec des indicateurs standards outputs et de la qualité des Directions et Programmes du MS.
  • Conversion des subventions de l’État aux structures sanitaires en financement pour la performance.

La mise en œuvre du FBP en pilote devra se faire au niveau d’une région sanitaire avec au moins un million d’habitants pour une meilleure économie d’échelle. Pour la première année, il sera nécessaire d’y investir au moins 3,5 millions de dollars américains. Ensuite augmenter le financement à 7 millions de dollars américains en deuxième année. Afin de faciliter la mesure de l’effet du FBP dans la zone pilote, il est important d’y mener une étude opérationnelle de base des ménages, avec une zone témoin.

Plan d’action

  • Soumettre le rapport de formationaux autorités du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale (MSPS) et au partenaire ayant financé la participation de la délégation au cours ;
  • Organiser une restitution à l’endroit des autorités du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale (MSPS) et du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) ;
  • Faire le plaidoyer auprès du cabinet du Ministre de la santé et de la protection sociale pour le FBR ;
  • Contribuer à la finalisation de la vision nationale FBP (costing, cartographie de la zone pilote, la durée de la phase pilote) ;
  • Contribuer au montage du projet PRPSS sous l’approche FBP
  • Mise en œuvre du FBP dans la zone pilote.

DJIBOUTI

Les pêcheurs de Benin

Djibouti, un pays désertique a une population environ 870.000 et une superficie de 23.000 km2. La majorité de la population vit dans la ville de Djibouti et le pays a un grand nombre de réfugiés des pays voisins comme l’Éthiopie, le Yémen et la Somalie.

Pour contribuer à lever les goulots d’étranglement, le Plan National de Développement Sanitaire 2013-2017 recommande le recours à la contractualisation entre les différents acteurs du système de santé. C’est ainsi que le Ministère de la Santé de Djibouti et la Banque Mondiale ont convenu une stratégie de Financement Basé sur la Performance (FBP). Le Projet initial de 7 millions USD a été complété en 2013 par un don additionnel de 7 millions USD pour couvrir la période de 2014 à 2018.

Les points forts de FBP lors du programme 2011-2018.

  • Réhabilitations des centres de santé et l’achat des nouveaux matériels médicaux ;
  • Utilisation de l’outil d’indices (mais uniquement pour les fonds du PBF) ;
  • Rehaussement du plateau technique ;
  • Amélioration de remplissage des outils de travail (registres, fiches de suivis…..).

Cependant le programme FBP au Djibouti n’est pas pure, et le score de faisabilité selon le groupe Djiboutien de Cotonou est de seulement 16% et les propositions d’amélioration sont les suivants :

  • Réaliser un plaidoyer pour que le Gouvernement de Djibouti puisse adhérer au nouveau système du PBF en tenant compte du score de faisabilité de PBF existant qui prend fin en 2018.
  • Contribution financière du gouvernement pour les subsides PBF.
  • Révision du montage institutionnel selon les normes du PBF.
  • Revoir les indicateurs des PMA et PCA
  • Rendre plus autonome les FOSA.
  • Faire le découpage d’aires de santé selon les normes PBF.
  • Mettre toutes les Directions du Ministère sous contrat PBF.
  • Favoriser la concurrence en accréditant d’autres structures de distributions d’intrants.

MAURITANIE

La Mauritanie est un pays sahélo-sahélien de l’Afrique de l’ouest d’environ 4 millions d’habitants.

La siason de pluie

Principaux défis du système de santé

  • Financement : allocations insuffisantes par rapport aux besoins et l’inefficience de l’utilisation des ressources déjà existantes ;
  • Insuffisance de la qualité des soins et de la compétence des ressources humaines ;
  • Mauvaise répartition des ressources humaines qualifiées, mais sur le total des professionnels (médecins, infirmiers, sages-femmes), il n’existe pas une pénurie ;
  • Insuffisance de motivation du personnel.
  • Salaires de base très faibles et gestion inefficace des primes et indemnités ;
  • Insuffisance de mécanismes pour mesurer la satisfaction de la population et assurer le marketing social ;
  • Absence de stratégie de maintenance des équipements.
  • Exclusions géographiques et financières. Problèmes d’équité à travers la pyramide financière inversée, qui n’injecte pas suffisamment d’argent dans la périphérie et le niveau primaire du système de santé ;
  • Insuffisance quantitative et qualitatives des MEG suite aux problèmes du monopole de laCAMEC ;
  • Insuffisance et retard de l’information sanitaire ;
  • Problème d’harmoniser la composante demande du projet financée par la BM et gérée par un autre secteur, avec la composante de l’offre gérée par le Ministère de la Santé.

Le score de faisabilité du montage actuel pour le programme FBP est de 52% et cela aboutit aux recommandations suivantes :

  • Adoption du montage institutionnel ci-dessus proposé ;
  • Mise en place des ERV dans les deux régions. Analyser le meilleur cadre juridique des ERV : « le grée à grée » avec le Conseil Régional ? Droit de non-objection pour le personnel clé des ERV.
  • Introduction des bonus prenant en compte les vulnérabilités régionales, au niveau des structures et pour les personnes vulnérables ;
  • Dérogations à négocier pour : fixer les tarifs au niveau des FOSA ; b. utiliser les recettes propres des FOSA à partir d’une banque commerciale au nom de la FOSA au lieu du trésor publique. c. Recruter d’une manière autonome les ressources humaines contractuelles et mise à la disposition du ministère les fonctionnaires en cas de problèmes ; d. Permettre aux gestionnaires des structures d’avoir le droit d’acheter leurs intrants auprès des distributeurs opérant en concurrence et qui sont accrédités par le régulateur.
  • Réalisation d’une étude de base des ménages et de la qualité, qui permet d’établir des priorités et de mesurer les progrès ;
  • Introduire l’indicateur « deux visites annuelles des ménages selon le protocole d’entretien dans le PMA des FOSA ;
  • Faire la cartographie et rationalisation des aires de santé avec l’intégration des paquets PS et CS et l’établissement des contrats avec contrats principales et secondaires.
  • Formation des acteurs en PBF y compris ERV

RÉPUBLIQUE CENTRAFRIQUE

La République Centrafricaine avait commencé par l’instauration de la politique de la gratuité des soins avec des résultats mitigés suite aux crises depuis 2012. L’approche du Financement Base sur la Performance (FBP) avait été lance par le gouvernement dans 50% du pays en 2016 avec comme but l’amélioration du système de santé, en particulaire la qualité de soins avec l’appui directe de la Banque Mondiale et l’Union Européen. Le but est d’augmenter la couverture à 100% en 2019. Les premiers résultats de l’approche PBF en RCA pendant sa première année d’exécution sont favorables. Il existe encore plusieurs défis pour atteindre la Couverture Santé Universelle et notamment l’harmonisation des partenaires techniques et financier en appuyant la politique nationale visé sur la performance.

Problèmes identifiés

  • Insécurité et manque d’accès dans les FOSA reculées ;
  • Faible capacité des staffs locaux au niveau de leur instruction ne leurs permettra pas d’établir un bon plan de business ;
  • Le non- existence des COGES dans les centres ;
  • Retard dans le paiement des subsides ;
  • Prise en charge des indigents.

Recommandations

  • Tenir des réunions de sécurité avec la MINUSCA et les autorités locales ;
  • Réunions Stratégiques entre les acteurs principaux ;
  • Instituer la cartographie d’accès (mapping) des zones accessibles et aussi les FOSAs difficile à accéder pour permettre la livraison des intrants / ressources aux endroits moins accessible pour l’AVCs ;
  • Augmentation des missions de coaching sur terrain ;
  • Renforcement du processus de recrutement au niveau locale ;
  • A veuille sur la condition de vie des staffs recrutée (maison pour les staffs recrutés – responsabilité de régulateur) ;
  • Mise en place en commun accord avec les responsables des FOSA pour leur paiement – Crédité les fonds sur les comptes Orange Money des employées ;
  • Augmenter si possible le plafond des exemptions pour les indigents.

LA RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

Jeu de rôle

Parmi les interventions prioritaires du PNDS 2015-2024, le PBF est identifié comme une approche à mettre en œuvre en vue d’améliorer la performance globale du système de santé vers l’atteinte de la Couverture Sanitaire Universelle en Guinée (2024). C’est ainsi que le Ministère de la Santé avec l’appui des partenaires techniques et financiers, a lancé un projet pré pilote de Financement basé sur la performance (PBF) qui est en cours de mise en œuvre dans le district sanitaire de Mamou depuis 2016.

Le groupe de participants de la Guinée qui ont assisté au cours 65 de Janvier 2018 à Cotonou ont identifié plusieurs forces potentielles du PBF en Guinée inclusivement une volonté politique et l’intérêt des partenaires pour le PBF.

Les faiblesses du système de santé sont les suivantes ;

  • La faible accessibilité géographique ;
  • L’insuffisance globale de l’offre de soins ;
  • L’inégale répartition des ressources humaines entre zones urbaines et zones rurales ;
  • La faible accessibilité de la population aux médicaments de qualité suite au monopole de l’achat des intrants par l’État et le développement du marché illicite de médicaments ;
  • L’insuffisance de régulation du secteur ;
  • Le faible développement du partenariat secteur public, privé et confessionnel
  • La lourdeur administrative dans l’exécution du plan d’action opérationnel
  • La faible participation financière de l’État dans l’exécution du programme PBF ;
  • Le recrutement centralisé du personnel des FOSA publique ;
  • L’absence d’appui de l’État au FOSA privées, Confessionnelles.

Le score de faisabilité est de 40% et le plan d’action suivant est proposé :

  • Faire un plaidoyer auprès de l’État pour une participation financière efficace dans l’exécution du programme PBF ;
  • Entamer avec les PTF et le gouvernement de nouvelles discussions et négociations qui devraient assurer que l’intervention inclura plus des critères PBF pour atteindre au moins le 80% du score de faisabilité ;
  • Mettre en place une Cellule Technique Nationale PBF ;
  • Accorder des dérogations pour les FOSA des zones PBF pour une autonomisation dans l’achat des intrants (médicaments/ équipements), la gestion de ressources humaines (recrutement et licenciement du personnel) et la fixation des tarifs.
  • Négocier et signer les contrats de performance avec les régulateurs à tous les niveaux ;
  • Assurer la rationalisation de la carte sanitaire en aires de santé /zones de responsabilité par l’Équipe Cadre de District ;
  • Mettre en place un comité de validation de District ;
  • Poursuivre le processus PBF dans les 19 FOSA du District Sanitaire de Mamou ;
  • L’amendement du manuel de procédures à travers l’élargissement du paquet d’indicateurs output par niveau (Hôpital, Centres de Santé, RECO, DRS, DPS).
Print Friendly, PDF & Email